La procrastination. C’est quelque chose qui touche bon nombre d’entre nous et c’est souvent ce qui nous empêche d’avancer au rythme qui nous plairait. Il vous est forcément déjà arrivé la situation suivante : vous avez une échéance qui arrive à grands pas, pourtant vous continuez à errer sur Facebook ou YouTube en vous trouvant des excuses du genre « Allez à pile/et quart/et demie/moins le quart (de toute façon ça ne change rien) je m’y mets ! », « Bon allez je termine cette vidéo puis j’y vais. » ou encore le fameux « Je le ferai demain, j’ai encore largement le temps avant la date limite. », avant de finalement aller vous coucher sans avoir avancé d’un pouce.

Pourtant la fois d’après, le même scénario se répète (vous le savez comme moi, ça ne loupe jamais), comme si nous étions incapables de sortir de ce cercle vicieux.

Et donc, c’est lors d’une de mes innombrables séances de procrastination que je suis tombé sur un article du blog de Mark Manson intitulé « The Do Something Principle ».

(SPOILER : En vrai elle ne vient jamais, même quand on a tombé une bonne partie du catalogue Netflix). Et donc la solution apportée par Mark Manson est toute simple : agissez. Faites quelque chose de tout simple qui demande peu d’efforts. Rangez votre espace de travail. Mettez de l’ordre dans votre boîte mail et désinscrivez-vous de ces 450 newsletter que vous ne lisez même plus. Triez vos documents. Rien que par ces petites actions, vous serez dans un tout autre état d’esprit.

C’est l’action qui induit la motivation (et non l’inverse). Une fois que vous avez le pied à l’étrier, continuez sur la même lancée. Vous avez un rapport de 10 pages à taper ? Commencez par un paragraphe. Puis une fois ce premier paragraphe terminé, il y a fort à parier que vous vous direz « Bon allez je suis lancé(e), je continue un peu ».

C’est la même chose lorsque l’on a du mal à se bouger pour aller courir. Le plus difficile c’est de s’extraire du canapé pour aller enfiler ses baskets. Pas la course elle même.

Article par Samuel Drai