• gallery-item
  • gallery-item
  • gallery-item
  • gallery-item
  • gallery-item

 

Le Week-end du 1er Juillet, trois membres de DeVinci Junior ont remporté la deuxième place au premier hackathon blockchain et gaming organisé par Ubisoft : Blockchain Heroes.

Yohan Maurin (ESILV, 4ème année), Jean-Mickael Nounahon (ESILV, 5ème année, option Fintech) et Constantin Pepin (IIM, 3ème année) ont en effet travaillé sur la conception d’un jeu lors de cet hackathon qui était une première dans le monde.

Le principe ? Intégrer la blockchain au Jeu Vidéo, en prenant un jeu (déjà existant ou non) et en y appliquant des techniques et des mécanismes de la blockchain, changeant alors certains aspects / mécanismes du jeu.

C’est en constatant le thème, les mentors et le jury de cet hackathon que Yohan Maurin, déjà habitué des hackatons sur la blockchain, a décidé de monter une équipe constituée de deux étudiants du Pôle Universitaire Léonard de Vinci, mais également de son tuteur de stage Maxime Tirlemont (Liquidshare), et d’Isabelle Pereira (SASEM).

C’est donc en deux jours que l’équipe a conçu le jeu « The division : Battle for Paris », qu’ils ont pu présenter à Yves Guillemot (CEO Ubisoft), Matthew Tomkinson (UX Director Ubisoft), Roham Gharegozlou (founding partner Cryptokitties), Frédéric de Villamil (VP Engineering Ledger) et Ken Timsit (Managing Director ConsenSys).

 

Le contexte

Pour Yohan (consultant chez DeVinci Junior), cet hackathon était l’occasion de découvrir un nouveau domaine (le jeu vidéo) auquel appliquer la blockchain, qui lui était jusque là inconnu. Souhaitant choisir l’option Fintech en 5ème année, cet étudiant également freelance est dans l’optique de découvrir un maximum de domaines auxquels appliquer la blockchain, de « tout essayer » afin d’élargir ses domaines de compétences.

Si la plupart des membres de l’équipe étaient familiers avec la blockchain, ce n’était pas le cas de Constantin Pépin (Directeur Artistique), qui a dû s’adapter à un domaine nouveau pour lui, tout en apportant ses propres compétences.

« La blockchain est une technologie qui m’intéressait malgré le peu de connaissances que j’avais avant de participer à cet hackathon. Je trouvais très intéressant et novateur de lier cette technologie au jeu vidéo en la gamifiant, et cela représentait un challenge pour moi».

 

Le jeu

L’équipe a repris le concept du jeu « The division » en créant une application mobile fonctionnant grâce à la géolocalisation (comme Pokemon Go). Leur but étant  d’être dans une démarche d’ «effort to win » (et non de « pay to win » où les meilleurs joueurs sont ceux qui dépensent le plus d’argent), le principe du jeu consiste à trouver des ressources permettant par la suite de créer des objets, et donc d’améliorer son personnage.

 

D’un point de vue technique

D’un point de vue technique, les items (améliorant les capacités du personnage) ont été modélisés grâce à des tokens ERC721. La monnaie du jeu quant à elle a été modélisée par des tokens ERC20.

De plus, afin d’éviter un système dictatorial (le chef à le pouvoir), le système de gouvernance est géré à l’aide d’un smart contract permettant de voter pour prendre les décisions, permettant donc un système démocratique.

 

Le Blockchain Game Summit

Grâce à leur deuxième place, les membres de l’équipe ont l’opportunité de participer au Blockchain Game Summit les 25 et 26 Septembre. Ce sommet international est le rendez-vous des acteurs et professionnels des mondes du jeu vidéo et de la blockchain, réunis pour construire ensemble l’avenir du jeu vidéo.

Pour Constantin qui créé actuellement son agence, cet évènement sera l’occasion d’élargir son réseau.